Les pages du calendrier tombent avec le passage des jours.

On le savait. On savait tous que ces moments arriveraient. On savait qu’un jour on serait tous ensemble entrain de passer un trop bon moment, et à la suite, au jour suivant, un de nous ne serait plus là.

On savait qui faudrait à un moment ou autre se dire au revoir, à bientôt, ou “on se voit peut être à Mexico”. On savait que ce ne serait pas pour toujours. Cette liberté que nous nous sommes tous construit, cette amitié croissante qu’on a fait, les sourires et les rires partagés.

On savait qu’un jour nous aussi on allait quitter ce nouveau et différent univers. Mais même si on le savait, si on était prévenus, si on l’a déjà fait plus de cinq fois, chaque adieux ce fait autant difficile que l’antérieur.

Parce que chaque personne qui part faisait partie de ce monde et cette expérience, chaque départ te fait penser au tien, chaque départ te rappelle qu’un jour tout ce rêve finira. Et ce qui est le plus incroyable, que toutes les pièces du puzzle qu’on a eu jusqu’à là, ne seront plus jamais toutes ensemble comme en autres temps quand la fin était encore loin…

Anuncis

Un pensament sobre “Les pages du calendrier tombent avec le passage des jours.

Deixa un comentari

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

Esteu comentant fent servir el compte WordPress.com. Log Out / Canvia )

Twitter picture

Esteu comentant fent servir el compte Twitter. Log Out / Canvia )

Facebook photo

Esteu comentant fent servir el compte Facebook. Log Out / Canvia )

Google+ photo

Esteu comentant fent servir el compte Google+. Log Out / Canvia )

Connecting to %s